• Les mandats du congrès de Chatenay

     

        Adaptation scolaire et scolarisation des élèves en situation de handicap : L’ASH

     

    L’intégration des personnes en situation de handicap est devenue une orientation politique prioritaire du gouvernement. Le SNUEP-FSU peut partager cette volonté d’ouvrir toutes les portes à ceux qui vivent de graves difficultés que ce soit sur le plan physique ou sur le plan cognitif. Cependant, cette intégration ne peut se faire que dans le cadre du service public de l’éducation, dans lequel l’enseignement professionnel public participe depuis longtemps déjà à cet effort. Les élèves inscrits en ULIS doivent être comptabilisés en amont, dans les effectifs des SEGPA, EREA et LP  où ils sont intégrés.  

     

    Depuis la mise en œuvre du BOEN n°32 du 29 aout 2007, le travail sur « machine dangereuse » (avec des parties mobiles non protégées) est interdit aux élèves de moins de 15 ans. L’enseignement professionnel a été refondu en 4 champs : habitat, hygiène - alimentation – services, espace rural et environnement, vente - distribution - magasinage. La production industrielle, qui constituerait le cinquième champ est rattaché à la technologie, peut-être en raison du coût des équipements et de la réglementation. Parallèlement aux restrictions sur l’usage des machines et à la refonte de l’enseignement pro en « champs professionnels », les textes intègrent la notion de « découverte professionnelle  ». Ces textes préconisent aussi des relations type réseau entre SEGPA de différents collèges ou entre SEGPA et lycées professionnels, qui sont justifié par la seule volonté de rendre le plus de champs professionnels accessibles aux élèves à moindre coût.

     

    De plus, l’E.N. a fermé 215 classes SEGPA à la rentrée 2010. Cela se traduit par l’accueil de 87 801 à la rentrée 2010, contre 89 765 élèves à a rentrée 2009, soit - 2,2 %. Le nom de SEGPA est maintenu pour la forme et ces classes recrutent de plus en plus d’élèves qui relèveraient d’autres structures. La découverte professionnelle au sein du collège et de la SEGPA est « noyée » dans un contenu de formation compatible pour les deux filières.

     

    Le SNUEP-FSU s’inquiète de ces évolutions dans l’Adaptation scolaire et la Scolarisation des Elèves en situation de Handicap. Ainsi, ces transformations ont considérablement modifié le rapport à l’atelier pour les élèves, ainsi que les méthodes pédagogiques pour les enseignants. En parallèle la formation continue des enseignant-es n’a pas toujours été à la hauteur des besoins devant de tels changements. 

     

    Le SNUEP-FSU condamne le glissement de ces formations professionnelles vers des formations plus technologique. Cela introduit d’autre part des enseignements assurés par des professeurs de technologie certifiés, ce qui a pour effet d’éclater les services des PLP sur plusieurs établissements. Le SNUEP-FSU réaffirme que pour des élèves en difficulté, il est plus facile d’apprendre en manipulant qu’en conceptualisant.

     

    De plus, ces textes ont intégré les réformes du collège sur les cycles, le socle commun et le livret de compétences. Le palier 2 du LPC est désormais indispensable pour délivrer le CFG qui sanctionne la fin d’études en SEGPA.  Ainsi, la circulaire n°2009-060 du 24-04-2009 sur les orientations pédagogiques des enseignements adaptés semble se contenter de valider le plus grand nombre de compétences possible du socle commun en omettant le volet « connaissances » et en renvoyant le complément à la formation professionnelle.

     

    Le SNUEP-FSU est en accord avec l’objectif du niveau V pour ces élèves, mais alors, pourquoi avoir autant «déprofessionnalisé» les contenus de formation ? 

     

    Le SNUEP-FSU estime que pour faciliter l’intégration de ces élèves en difficulté dans les formations professionnelles de niveau V, il est nécessaire de revoir les contenus de formation au niveau du collège et de s’appuyer sur l’expérience des PLP des disciplines professionnelles qui enseignent également dans les classes de CAP.

     

     

    Le SNUEP-FSU revendique :  

     

    · Le développement des SEGPA avec leurs spécificités dans le collège et le maintien de la formation professionnelle en SEGPA ainsi de la création d’un minimum d’un EREA par département pour accueillir l’ensemble de ses élèves relevant de ces dispositifs.

     

    ·   Un maximum de 12 élèves par division et 6 par groupe à l’atelier y compris les élèves en intégration.

     

    ·  La création et le développement de sections de CAP en LP à effectif réduit pour accueillir les élèves issus de SEGPA et d’EREA.

     

    · Une formation de tous les enseignants professionnels et/ ou délivrance du certificat complémentaire pour les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap (2C.A.-S.H.).

     

    · L’affectation des PLP sur la base du volontariat seulement et une formation adaptée aux autres secteurs du champ professionnel

     

    · Le développement qualitatif des ULIS avec un renforcement de l’accompagnement de ces élèves par des équipes formées (professeurs formés, AVS en nombres suffisants et formés sur des emplois perennes, heures de concertation généralisées)

     

    · Intégration dans le service des 2 heures obligatoires de coordination et de synthèse des PLP intervenant dans ces dispositifs.

     

    · Revalorisation de l’indemnité forfaitaire de sujétion spéciale qui n’a pas été réactualisée depuis au moins 30 ans, son paiement sous forme de points d’indice (NBI)

    Respect du statut des PLP en SEGPA.